A qui la faute?

A qui la faute?

Naturellement, si un objectif d’équipe n’est pas atteint, nous avons, nous humains, tendance à rejeter la faute sur l’autre. Pas forcément en l’accusant de mauvaise volonté. Nous pouvons aussi lui trouver des excuses: il a eu peur, c’était trop dur pour lui, il n’a pas compris…

Mais imaginons un instant que nous ayons nous aussi manager, notre part de responsabilité?

Avons nous bien transmis l’information? a t-elle été comprise? Avons nous une vraie posture de leader? C’est a dire, donnons nous confiance? Donnons nous envie de nous suivre?
Parce que si, là haut, celui qui est sensé donner l’impulsion et la direction, n’est pas sûr de lui, s’il lâche le contact dans la dernière foulée? « abandonne » son coéquipier à l’abord de l’obstacle en espérant qu’il fasse le boulot tout seul?
Dans ce cas là, est-il surprenant que ce dernier, ne sentant plus personne aux commandes s’arrête? Ne serait-il pas juste qu’il doute de franchir l’obstacle si le leader lui même ni croit pas?

Au final, chacun son rôle et ses responsabilités.
Le premier de montrer la direction, d’être la référence, celle sur qui on peut compter, qui inspire confiance et qu’on suivra au bout du monde.
Le deuxième de mettre en oeuvre son expertise et ses compétence au service de l’objectif.

Car l’un sans l’autre nous n’irons nul part…